SexToys connectés

Les objets connectés vous connaissent bien, très bien…

L’iot est au cœur de la révolution du WEB 3.0. Si les objets connectés sont partout et nous facilitent la vie, ils nous connaissent aussi très bien, voir trop bien.

Parmi les objets connectés qui font sensation, les sextoys connectés représentent un segment important. Après le piratage d’un modèle de jouet pour adultes en 2016 par des chercheurs ayant pris le contrôle à distance, c’est aujourd’hui la collecte de données intimes par un fabricant qui fait polémique.

L’entreprise canadienne, Standard Innovation, a omis de respecter la vie privée de ses utilisateurs et a été condamnée à indemniser ses clients à hauteur de 3,5 millions de dollars, et à détruire les informations collectées.

En effet l’entreprise avait déclaré ne collecter « que certaines données limitées pour nous aider à améliorer nos produits et à des fins de diagnostic. En pratique, nous utilisons ces données sous une forme agrégée, non identifiable”. En outre l’oubli de l’entreprise de prévenir ses utilisateurs de la transmission d’informations, la plainte a révélé que d’autres données, identifiées par l’adresse mail de l’utilisateur, étaient collectées : date et heure de chaque utilisation et mode de vibration choisi. Une violation de la vie privée que l’entreprise ne risque pas d’oublier et qui nous rappelle que la gestion des données personnelles est un enjeu avec lequel on ne plaisante pas, quelqu’en soit la nature.